Articles de santé

Hémorroïdes : comment les soulager ?



À l’origine de douleurs et de saignements parfois importants, les hémorroïdes sont relativement fréquentes. Elles restent pourtant un sujet tabou. Si vous souffrez d’hémorroïdes, n’hésitez pas à en parler à votre pharmacien. Des solutions existent !

Des veines dilatées

Les hémorroïdes sont dues à la dilatation et l’inflammation de veines qui se trouvent dans le rectum et l’anus. Les hémorroïdes situées dans le rectum sont les hémorroïdes internes, celles situées sous la peau au niveau de l’anus sont les hémorroïdes dites externes.

Les symptômes des hémorroïdes ? Sensations de gêne ou d’inconfort, douleurs, en particulier lors de l’émission des selles lorsque les hémorroïdes externes se fissurent, ou encore présence de sang frais dans les selles. Les hémorroïdes, lorsqu’elles deviennent plus importantes, peuvent également sortir par l’anus : c’est le prolapsus.

Des facteurs favorisants

Différents éléments peuvent favoriser la survenue d’hémorroïdes : des facteurs héréditaires, la consommation d’épices et d’alcool, la sédentarité, un transit intestinal paresseux... Lorsque les hémorroïdes sont dues à un problème de constipation chronique, régulariser le transit permet de soulager les symptômes dans 40 % des cas.

Certains conseils simples peuvent d’ailleurs aider à soulager les hémorroïdes :

  • soigner la constipation, éventuellement à l’aide de laxatifs ;
  • éviter de rester trop longtemps aux toilettes – pour lire par exemple – après avoir terminé ;
  • veiller à respecter une bonne hygiène alimentaire en favorisant la consommation de fibres alimentaires, une hydratation suffisante et en évitant les excès d’alcool et d’épices.

Quels traitements contre les hémorroïdes ?

Différentes approches peuvent s’avérer utiles dans la prise en charge des hémorroïdes.

Les traitements oraux

  • Les veinotoniques agissent sur les parois des veines et les tonifient.
  • Les antidouleurs, comme le paracétamol, et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène, peuvent aider à soulager la douleur lors des crises aigües.

Les traitements locaux

Disponibles sous forme de suppositoires et de crèmes ou de pommades à base de corticoïdes et à appliquer au niveau de l’anus, ils peuvent aider à soulager les symptômes. Certains de ces traitements locaux sont disponibles en vente libre. Il est toutefois conseillé de limiter leur utilisation à maximum quelques jours.

Les traitements instrumentaux

Ces traitements sont réalisés en passant par l’anus – grâce à un anuscope – et sans anesthésie générale durant la consultation chez le gastroentérologue ou le proctologue. Ils sont généralement indolores.

  • Les injections sclérosantes consistent à injecter un produit sclérosant directement dans l’hémorroïde, afin que celle-ci se durcisse et se rétracte.
  • La photocoagulation infrarouge permet de brûler les hémorroïdes superficiellement grâce une lampe à infrarouge.
  • La ligature élastique reste le traitement instrumental le plus fréquent. Elle consiste à ligaturer et étrangler l’hémorroïde à l’aide d’un élastique. Comme la circulation sanguine est coupée, celle-ci finit par se nécroser et est éliminée dans les selles après quelques jours.

Les traitements chirurgicaux

Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire – pour procéder le plus souvent à l’ablation des hémorroïdes concernées – dans les stades les plus graves (10% des cas), notamment en cas de prolapsus important, et lorsque les autres traitements se sont avérés inefficaces.

article rédigé par Thomas Coucq, en collaboration avec le Dr Marc Lebas, gastroentérologue - ViVio

Découvrez d’autres informations de santé !